Home
Sujet ajouté le
26 juillet 2015
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

Hydrographie, dipping
Quand la peinture se fait un film...

Présentation : Laurent Berlivet

Tout le monde connaît la peinture au pinceau, au rouleau, en bombe ou même au pistolet. Mais qui a déjà entendu parler d'hydrographie ? De la peinture à l'eau ! Oui, enfin, presque... Cette technique récente utilisée en industrie et maintenant à la portée du bricoleur permet d'obtenir des aspects spectaculaires tels l'imitation carbone, le métal brossé ou encore les écailles d'une peau de serpent, sans nécessiter un outillage complexe ni des heures de dextérité manuelle... Prêt à plonger dans le bain ? Alors allons-y...

Plouf ! Le résultat est presque magique comme on le constate sur cette vidéo...

L'hydrographie - également appelée impression par transfert ou dipping - consiste à appliquer sur une surface une pellicule d'encre pré-imprimée comportant des motifs.
Pour illustrer la méthode, on peut parler d'une expérience qu'on a tous vécue avec du lait chaud : Quand il refroidit, une fine peau se forme en surface. Lorsqu'on y trempe une cuillère, cette peau s'y attache et vient la recouvrir. C'est le même principe qu'on utilise lors de l'hydrographie, avec cependant quelques contraintes à respecter pour obtenir un résultat propre et durable.
Le procédé est applicable à toutes sortes de matériaux (plastique, bois, métal... et même le Dépron ou l'EPP !).
Il est très utilisé dans l'industrie automobile pour recouvrir par exemple les tableaux de bord, les enjoliveurs ou les casques de motos, mais aussi sur des objets de design, en audiovisuel ou encore en ameublement et décoration.

Mini Ellipse Peau de lézard
Imitation peau de lézard sur l'aile de ce Mini-Ellipse. Un tel décor pour reproduire les écailles ne pourrait être réalisé qu'à la main. Avec l'hydrographie, c'est une plongée de quelques secondes. (Les déchirures bleues sont réalisées indépendamment avec des masquages et à la peinture en bombe.)
Aile en Dépron Radio imitation carbone
Cette petite aile volante pesait 3,1 g avant encrage et 3,3 g après. La prise de poids est vraiment infime, surtout sur une cellule plus grande.  
Mêmes les formes complexes d'un émetteur sont encrées dans les moindres recoins. Le résultat est bluffant avec cette imitation carbone.

Peindre par immersion

Le film très fin se présente sous forme de rouleau de 1 m², parfois en 50 cm de large, d'autres en 1 m. Au toucher, il ressemble à de la cellophane, légèrement raide et bruyant lorsqu'on le froisse. D'un côté, le film est brillant, de l'autre, il est plus mat. Mais attention, ce n'est pas cet aspect différent qui permet d'identifier quelle face doit être au contact de l'eau ; c'est en général la face la plus contrastée. En cas de doute, on découpe une chute qu'on pose sur l'eau. Après quelques dizaines de secondes, l'aspect doit changer et le film s'assouplir totalement. S'il reste rigide, c'est qu'il a été posé à l'envers.
Ce film est qualifié d'hydrosoluble, c'est-à-dire qu'il se dissout au contact de l'eau, laissant le motif imprimé en surface. L'encre, traitée pour réagir après pulvérisation de l'activateur en bombe, devient alors pratiquement liquide.

Arcs électriques Lettrages
Joli décor avec ces arcs électriques sur un petit fuselage en fibre, blanc à la base.
 
Les motifs les plus étranges existent, comme ces lettres imprimées sur une hélice.
Carbone sur verre EPP imprimé
Ici, c'est un verre recouvert de faux carbone. La surface du matériau a été préalablement recouverte d'une peinture primaire pour favoriser l'accroche.
 
Ici, c'est une petite aile BatWing R2 en EPP, décorée à la peinture en bombe dans un premier temps.

Les motifs et textures disponibles sont très nombreux. Les plus répandus sont les fibres composites, le bois (soit dans le fil, soit avec des nœuds comme la ronce ou la loupe), la pierre (marbre, gravillons), le métal (brossé, rainuré) ou bien variés comme les peaux d'animaux (écailles, taches, zébrures) ou autres décors encore plus originaux (éclairs, flammes, camouflage, têtes de morts...). On n'a donc que l'embarras du choix.
Comme ces films sont également pour la plupart partiellement translucides, la peinture utilisée pour le fond permet de varier encore davantage les possibilités.
Côté tarif, il faut compter environ une dizaine d'euros au m², mais on doit ajouter quelques autres produits indispensables.

Produits, textures

Les produits présentés ont été achetés via un site Internet (Hydrokit-Design mais il en existe plein d'autres) qui propose différents kits personnalisables. On choisit la texture du film, la couleur de la peinture en bombe qui sera utilisée pour le fond mais également de l'apprêt blanc ou gris en fonction du support, et enfin le verni utilisé pour la finition, sans oublier l’indispensable bombe de produit activateur. Ce détaillant propose un kit "sécurité" composé d'une paire de gants en latex, d'un masque en papier, d'un morceau de fibres abrasives façon tampon Jex très efficace et de diffuseurs de rechange pour les bombes de peinture.
Il faut ajouter du ruban adhésif en papier qui servira notamment à encadrer les morceaux de film.

Films hydrosolubles Recouvrement peau de lézard
Le set acheté chez Hydrokit-Design : le film, de la bombe d'apprêt, de la peinture, l'activateur et du verni.   Le film est vendu sous forme de rouleaux. Ici, 50 cm de large et 2 m de long, mais parfois 1x1 m.
Différents motifs 2 faces différentes
La quantité de décors disponible est phénoménale, d'autant que la peinture utilisée sur l'objet permet encore toutes sortes de déclinaisons. On voit ici de la fibre de Kevlar et de carbone, des arcs électriques, du camouflage, les lettrages ou encore une peau écaillée.  
Les deux faces du film diffèrent, l'une est mate, l'autre brillante. C'est la face la plus contrastée qui doit être au contact de l'eau (donc celle qui sera visible après application).
Divers produits en bombe L'activateur pour film
Différents produits en bombe : De l'apprêt pour la préparation des surfaces, de la peinture pour la couleur, l'activateur pour l'encre et enfin, le verni de protection.  
La bombe d'activateur spécial qui permet au film de réagir lorsqu'il est posé à la surface de l'eau.
Mastic de carrossier Gants latex, masque, tampon abrasif et buses de rechange
Le mastique de carrossier, indispensable pour boucher les petites fissures qui se verraient sous la peinture.  
Le kit "sécurité" contient une paire de gants, un masque en papier, des buses de rechange pour les bombes et un morceau de tampon à récurer.

Outillage

Vivant en appartement, j'ai pu effectuer mes décors sur le balcon. On comprend qu'il n'y a pas besoin de beaucoup de place ou d'équipement sophistiqué pour obtenir le résultat visible sur les photos qui illustrent cet article.
On utilise des gants en latex pour se protéger les mains et un masque pour éviter de respirer le nuage nocif de l'activateur lors de la pulvérisation.
Le plus important est le bac qui sera utilisé lors de la plongée des pièces. Il doit être suffisamment large et profond, en fonction de la taille des objets à recouvrir. On choisira une auge de maçon, un bac à litière pour chat ou une malle en plastique en fonction de la taille des pièces à recouvrir. L'auge utilisée ici à une capacité de 12 litres. Elle est remplie avec environ 9 litres d'eau. Eviter la baignoire car il reste parfois quelques résidus de film qui se collent sur les parois… L’utilisateur passant après vous n’apprécierait pas de se retrouver avec un étrange tatouage ! D'ailleurs, on n'utilise pas de l'eau du robinet mais de l'eau déminéralisée afin d'éviter toute trace de calcaire. Après usage, elle n'est pas jetée mais filtrée pour une utilisation ultérieure.
Pour une réaction optimale du film, le bac est partiellement rempli d'eau dont la température doit être d'environ 27°. Prévoir un thermomètre et de quoi la réchauffer si nécessaire, ainsi qu'un petit tamis pour récupérer les impuretés entre deux plongées.

Eau déminéralisée et bac Eau déminéralisée
Une auge de maçon (de 12 litres ici) suffit pour le trempage de petites pièces.
 
Le liquide utilisé est de l'eau, déminéralisée de préférence pour éviter toute trace de calcaire.
Gant latex Thermomètre à sonde
On se protège les mains avec des gants en latex, et les poumons avec un masque.   Un thermomètre avec sonde est bien utile pour vérifier précisément la température du bain, qui doit être d'environ 27°.

Préparation des objets

Comme pour toute mise en peinture, la surface des objets à recouvrir doit être soigneusement préparée, c'est-à-dire apprêtée, finement poncée et nettoyée car tous les défauts d'aspect se verront après recouvrement. Chaque couche de primaire est suivie d'un ponçage à l'eau au papier de verre fin et d'un rinçage.
Sur certains matériaux comme le verre, l'encre accroche mal. Une couche de primaire en bombe est indispensable. Pour un fuselage moulé en fibre, on utilise le tampon à récurer qui permet de dépolir la surface.

Papier de verre Tampon à récurer
Du papier de verre de différents grains, à sec ou à l'eau, ainsi qu'un tampon de fibre à récurer sont utilisés pour préparer la surface des matériaux. Un lavage et un essuyage conciencieux sont également utiles.

L'EPP ou le Dépron n'ont pas besoin d'être apprêtés, c'est presque surprenant que le procédé fonctionne aussi bien sur ces matériaux.
On prendra soin de masquer toutes les parties qui ne doivent pas être recouvertes, soit par du ruban adhésif en papier ou en plastique, soit par du film alimentaire. Partout où l'eau pourra se glisser, de l'encre fera de même et sera très difficile à retirer.
Il faut aussi prévoir à l'avance de quoi maintenir les pièces pendant les manipulations puis les suspendre durant le séchage.
Certaines pièces cylindriques ou biscornues pourront être recouvertes en deux fois, en prévoyant l’endroit du plan de joint délimité là encore par un masquage. Cependant, l'encre a une propriété de déformation incroyable et la couleur s'applique dans les moindres recoins, tant que des bulles d'air n'ont pas été emprisonnées.

Préparation du film

On repère la face du film où l'encre est la plus visible. C'est elle qui doit être en contact avec la surface de l'eau. Il faut découper un coupon nettement plus large que la pièce à recouvrir, tout en s'assurant qu'il pourra entrer dans le bac. Un cadre est réalisé tout autour avec du ruban adhésif de masquage en papier. Ce cadre a plusieurs fonctions. D'abord, il permet de manipuler le coupon plus aisément puis il l'aide à flotter et à le recentrer dans le bac si besoin. Ensuite, il évite que le film ne glisse sur les bords du récipient, surtout quand on pulvérise l'activateur et empêche que l'encre ne se disperse à la surface lorsqu'elle se dilue.

Film Encadrement
Le film doit être découpé plus grand que la pièce à recouvrir. Il est ensuite encadré avec du ruban adhésif pour le manipuler plus facilement, le faire flotter sur l'eau et lui éviter de se déformer.
Préparation du bain

La bassine suffisamment large et profonde doit être posée dans un endroit aéré, à hauteur confortable. La température idéale de l'eau est de 27°. Quelques litres sont réchauffés dans une casserole pour réajuster la température contrôlée avec un thermomètre à sonde.
Le film est déposé face comportant les motifs sur l'eau en prenant garde à ne pas emprisonner de bulles d'air. Si quelques-unes subsistent, on parvient à les chasser vers les bords en soufflant délicatement sur le film. Attention à ne pas souffler trop fort pour ne pas le faire couler.

Eau du bain Température 27°
Le bain de trempage est rempli d'eau déminéralisée afin d'éviter toute trace de calcaire. Le bac doit être nettement plus grand que les pièces à recouvrir.   La température de l'eau doit être respectée pour un résultat optimal. Ici, 27°C, mesurés avec un thermomètre à sonde.

On laisse reposer environ 2 minutes afin que la partie en contact avec l'eau se dissolve. La pellicule en surface plisse au bout de quelques secondes puis se retend lentement.
Lorsque ce temps est écoulé, on pulvérise l'activateur en 2 couches croisées, en maintenant la bombe à une trentaine de centimètres du film, toujours pour éviter que l'eau le submerge. Cette fois, c'est l'encre qui se dissout. Sans le cadre en papier, elle se répartirait s'étalerait à la surface de l'eau.
On laisse agir quelques secondes puis on retrousse ses manches...

On se jette à l'eau !

Un bouchon en plastique... "carbonisé" !

Mon premier essai a été fait avec ce bouchon de réservoir. Franchement pas le meilleur choix pour se lancer à cause de la complexité du quadriallage moulé mais le résultat a quand même été bluffant, malgré quelques imperfections.

Bouchon de réservoir Bouchon
Le bouchon a d'abord été soigneusement dégraissé puis rincé à l'eau.
Masquage Scotch
Protection   Scotch papier
Ensuite, toutes les parties ne devant pas être décorées ont été masquées au ruban adhésif papier. Il peut s'imbiber d'eau, donc soit on le retire aussitôt après trempage, soit on attend que tout soit totalement sec.
Dépose du film Pose de l'activateur
Le film encadré de scotch papier est posé à la surface de l'eau puis lorsqu'il a réagit, on vaporise l'activateur en bombe
Trempage On remue
Une quinzaine de secondes après, on immerge la pièce en essayant de laisser s'échapper les bulles vers la surface. Quand la pièce est totalement dans l'eau, on dilue le film restant en surface en remuant puis on retire la pièce face vers le ciel, en évitant les déchets de film qui restent en surface.
Résultat Verni
Ca sort du bain dans cet état. Magique, non ? On rince sous le robinet puis on passe une couche de verni quand tout est bien sec.
Quelques manques C'est beau !
Et voici un bouchon de réservoir en carbone presque aussi vrai que nature. Les zones noires n'ont pas été recouvertes à cause de la présence de quelques bulles emprisonnées.

La plongée est le moment le plus délicat. Des gants en latex protègent les mains. L'objet est tenu par l'intérieur, ou par des zones qui ne devront pas être décorées.
Le mouvement rotatif plongeant doit être franc et régulier pour que le film s'applique se de façon rectiligne sans faire de vagues. L'objet doit être incliné entre 30 et 45° afin de ne pas emprisonner de bulles d'air, sinon il y aura des manques impossibles à rattraper. On peut s’entraîner au préalable à effectuer le mouvement en dehors de la bassine pour se faire la main. Toute glissade latérale laissera apparaître une déformation du film. C'est pratiquement invisible avec certaines textures mais c'est moins joli quand il s'agit d'un motif régulier, comme du tissu carbone par exemple.
En industrie, c'est un bras robotisé qui effectue le mouvement parfait.
Lorsque la pièce est totalement immergée, on la remue délicatement d'un mouvement circulaire pour diluer le film qui reste en surface, afin qu'il ne vienne pas se coller sur la pièce lorsqu'on la sort de l'eau en la tournant face décorée vers le haut. L'instant est presque magique car le résultat est vraiment surprenant ; l'aspect de la pièce vient de changer radicalement en quelques secondes. Le décor est plaqué jusque dans les moindre recoins.
Elle est aussitôt mise à égoutter, en prenant garde de ne pas altérer l'encre.
Si des bulles d'air sont restées emprisonnées après la sortie de l'eau, on peut passer délicatement la main sur l'encre de façon à les faire disparaître, à condition de ne pas avoir attendu trop longtemps après avoir passé l'activateur.
On enchaîne avec les autres pièces à recouvrir, juste après avoir pris soin de repêcher les impuretés dans l'eau avec un tamis ainsi que les résidus d'activateur en faisant glisser un morceau de papier absorbant sur la surface.
On s'essuie bien les doigts car si les gants sont mouillés, le film aura tendance à coller, ce qui complique la dépose sur l'eau. Prévoir plusieurs feuilles de papier absorbant à proximité pour éviter les désagréments.

Décoration éclair sur un fuselage fibre

Fuselage fibre Plan de joint
Un petit fuselage fibre du commerce. Le plan de joint discret est cependant visible et sensible au toucher.
Masticage Ponçage
Du mastic polyester est utilisé pour boucher la fente. Une fois sec, il est finement poncé à l'eau.
Apprêt Surface dépolie
Le fuselage parfaitement lisse reçoit une couche d'apprêt blanc en bombe.
Peinture Peinture blanche
Pour favoriser l'accroche de la peinture ou de l'encre, un ponçage au tampon abrasif est idéal.
Trempage Le film de déchire
Trempage de la pièce. Un peu trop rapide ici, le film s'est déchiré. La plongée doit être lente et régulière.
On retourne la pièce Le décor est posé
La pièce a été immergée en commençant par le dessus. Les manques sur le fond du fuselage seront remplacés par une peinture noire.
Arcs électriques Décor extraordinaire
Le noir du film couvre parfaitement. Les arcs électriques sont de la couleur du fond, blanc en l'occurrence.
Résultat étonnant
Ce type de déco serait très difficile à réaliser autrement que par trempage.

Du Dépron à peine plus lourd

Le procédé fonctionne également très bien sur du Dépron. J'ai essayé sur de petites ailes volantes Hummel qui pèsent environ 13 g en ordre de vol. Le plan est téléchargeables sur cette page : http://www.stephanb.rchomepage.com

Feuille de dépron Ailes en série
On découpe ces minuscules ailes volantes dans une feuille de Dépron de 3 mm.
Masquage Peinture légère
Le dessous est resté blanc, donc masqué avec du ruban adhésif. Le dessus a reçu quelques brumes de peinture non styrophage.
Avant trempage Après trempage
Avant et après trempage : le jour et la nuit !
Base en peinture Immersion
On plonge la pièce en l'inclinant fortement pour chasser les bulles.
Plongée Décor extra
On la ressort de l'eau en essayant de traverser le cadre en papier qui tenait le film pour éviter les résidus.
Lissage Bulles d'air
Sur le Dépron, quelques bulles ont parfois tendance à rester accrochées. On peut les faire disparaître dès la sortie de l'eau en lissant l'objet très délicatement avec les doigts.
Dérives Dérives
Ces minuscules dérives ont été recouvertes en une seule passe : les deux faces et la tranche.
3,4 g avant recouvrement 3,6 g après recouvrement  
La prise de masse est infime : 0,2 grammes pour cette petite aile en Dépron. Pourquoi se priver ?
 
Façon carbone Quelques déformations  
Du dépron façon carbone ? C'est possible, sans la solidité cependant...
 
Aile Hummel de 13 g
Et voilà le résultat : un décor unique et durable.

L'EPP aussi !

Par curiosité, j'ai essayé de recouvrir un morceau d'EPP. Je ne m'attendais pas à un tel résultat puisque l'encre adhère très bien, et se glisse entre les billes. C'est vraiment étonnant.

Chute d'EPP EPP imprimé en profondeur
Même l'EPP peut être recouvert durablement. On voit que l'encre suit parfaitement les billes sur cette chute pourtant pliée à 180°.
Aile volante BatWing Traçage du décor
C'est une BatWing R2 qui a servi pour cet essai, un petit kit produit par Bat Modélisme. La majorité des films étant translucide, on pose donc la couche de peinture au préalable.   Un feutre indélébile est utilisé pour tracer la base du décor sur l'EPP.
Le dessous de cette aile doit rester blanc, il est donc totalement masqué.
Masquages Peinture
Le masquage est réalisé au scotch papier.   Quelques voiles de peinture en bombe.
Retrait du masque Peinture posée
Après séchage, on retire les masquages puis on renouvelle l'opération.   Le décor est posé. On pourrait s'en contenter mais on peut faire beaucoup mieux...
Avant trempage Plongée
Le dessous de l'aile est protégé par du film alimentaire.   On immerge la pièce par le bord d'attaque, en l'inclinant mais sans toucher le fond.
C'est décoré Séchage
On ressort, si possible en dehors du cadre de papier pour éviter les dépôts.   Une pièce tout juste sortie du bain. Elle est mise à égoutter quelques instants avant d'être consciencieusement nettoyée pour faire disparaître la pellicule huileuse.
EPP imprimé Fuselage
La pièce doit être rincée à l'eau douce. Elle prendra un aspect mat avant de poser le verni.   Le dessous du fuselage est protégé. Deux petits supports sont confectionnés pour maintenir l'objet.
Décor carbone Dérive
Le motif s'est étiré sur les flancs mais de le dessus est resté très régulier.   Certaines pièces pas trop complexes peuvent être recouvertes sur toutes les faces en un seul passage.
Peau de lézard Séchage

Cette dérive décorée à la fois sur les côtés et sur la tranche a été recouverte en une fois. Le motif est à peine étiré.

BatWing R2
Et voilà une petite aile au décor unique, pourtant issue d'un kit. La BatWing R2 sera présentée plus en détail prochainement. Elle peut voler en salle en 2S mais aussi comme un petit bolide en extérieur quand on la passe en 3S. Le kit coûte une trentaine d'euros.
Rinçage

Quand toutes les pièces sont encrées, on les nettoie longuement à l'eau tiède sous le robinet, en frottant délicatement jusqu'à ce que l'aspect huileux, un peu poisseux comme celui d'une peau de poisson, ait totalement disparu. Il faut rincer abondamment jusqu'à ce que le jet ne fasse plus de bulles au contact de l'objet. Sinon, le verni risque de réagir et de cloquer ou n’adhérera pas bien.
Les pièces doivent être suspendues de façon à ce que la surface et la tranche de l'objet qui vient d'être recouvert ne soient pas en contact avec quoi que ce soit. On laisse sécher naturellement ou dans une étuve si on en possède une.
Après séchage complet, un verni mat ou brillant vient protéger l'ensemble et donner de l'éclat. Le revêtement devient alors hautement résistant et durable.

Rinçage Nettoyage
Le rinçage abondant se fait à l'eau chaude jusqu'à ce que les bulles qui se forment sous le jet disparaissent. Suit un séchage à l'air libre durant plusieurs heures ou en étuve.
Après usage...

L'eau déminéralisée est filtrée avec un bas nylon ou un filtre à café et conservée pour une autre séance d'hydrographie.
Les résidus sont nettoyés tant qu'ils ne sont pas secs.
Le film non utilisé doit être conservé dans un endroit frais et sec pour ne pas se détériorer avec le temps.

Filtrage Récupération de l'eau
On retire les résidus dans le bac avant de recouvrir un nouveau modèle. A l'aide d'un tamis fin pour ce qui est immergé et avec du papier essuie-tout pour ce qui reste en surface.
Supports adaptés

Le procédé est applicable à de nombreux supports : plastique souple ou dur, pièces moulées en fibre, ou encore le métal et le verre préalablement recouvert de primaire. Je craignais que le Dépron ne fonde au contact de l'encre ou de l'activateur, mais il n'en est rien. De micro-ailes volantes pesaient 3,1 g avant recouvrement et seulement 3,3 g une fois l'encre posée suivie de deux couches de verni ! Le poids est donc dérisoire. Plus étonnant encore avec l'EPP : L'encre s'incruste plutôt bien entre les billes. Et on constate qu'il s'agit bien d'une fine pellicule d'encre qui a été imprimée et non pas d'un film comme un entoilage. Une pièce recouverte peut-être tordue à 180° sans que le décor ne laisse apparaître le moindre pli. Il s'étire ou se compresse en même temps que la mousse.

Suivez la méthode... à la lettre !

Hélice Hélice GWS
Les parties qui ne doivent pas être décorées doivent être masquées au préalable.
Lettrage Décor en toutes lettres
On plonge, et quelques secondes après le décor est fixé.
Original
Le film est encré de lettres blanches. Malgré le fond noir de l'hélice, le résultat est parfait, très contrasté.
Simulation...
Boîtier pour simulateur Préparation du film
Ce boîtier émetteur pour simulateur de vol manquait un peu de charme. Après avoir été démonté, il a été recouvert de film imitation carbone.
Poignée improvisée Poignée en scotch
Pour tenir les pièces sans les toucher avec les doigts, on improvise des poignées plaquées aux endroits qui n'ont pas besoin d'être décorés.
Immersion de la trappe Décor carbone
Immersion de la trappe. Le geste doit être régulier pour éviter les vagues et autres déformations.
Plongée de la façage Aspect carbone
Trempage de la façade aux formes très complexes. Le geste doit être pensé pour éviter d'emprisonner des bulles d'air.
Boitier arrière Boîtier nu
Et voilà le résultat après décoration. Convainquant !
Détails autour des manches Emplacement batterie
Trims
  Détails de moulage
L'encre s'est déposée dans les moindres recoins.
Vernissage Couche de verni
Une couche de verni est indispensable pour bien fixer le film. Mat ou brillant, c'est au choix.
Emetteur Simulateur
Le boîtier a pris une touche moderne sans y passer trop de temps ni y consacrer trop d'efforts.

Verrerie d'art !
Un verre Verre apprêté et trempé
Le film n'adhère pas directement sur le verre. Il faut auparavant le recouvrir d'une couche de primaire.
L'intérieur dévoile l'apprêt Verre-carbone
La surface a été recouverte en une seule passe.
Carbone - verre
Le motif s'est très étiré par endroit. Avec d'autres motifs, le résultat pourrait être plus ou moins déformé.

Décoration originale

L'impression par transfert permet de réaliser des décors étonnants sans nécessiter un outillage complexe. Applicable à toutes sortes de matériaux (composites, plastiques, verre, métal, mais aussi polystyrène ou EPP), chaque objet devient personnalisable, même s'il s'agit d'un modèle issu d'un kit. Pas besoin n'ont non plus d'une dextérité manuel exceptionnelle, le procédé est à la portée de tous.
Alors n'hésitez-pas à sortir des sentiers battus pour faire bonne impression : foncez dans le décor !

Du "tout plastique"... à la peau de lézard !

 

Mini Ellipse Mini Ellipse Jaro Muller
L'absence de décor sur ce Mini-Ellipse me chagrinait depuis des années. Sans altérer la pureté des lignes, un peu de fantaisie s'imposait...
Film peau de lézard Verrière
Le film doit être découpé plus grand que la pièce à recouvrir. Avec un peu d'habitude, on optimise les dimensions idéales dans sans faire trop de pertes.
Etape indispensable : chaque coupon de film est encadré par du ruban adhésif en papier qui permet une manipulation aisée tout en retenant l'encre lorsqu'elle se liquéfie.
On se jette à l'eau Verrière décorée
Immersion de l'objet tenu par un endroit qui n'a pas besoin d'être recouvert.   Après trempage, l'effet est saisissant. Il reste à effectuer un rinçage soigné avant la pose d'un verni.
Peau écaillée Touche de verni
On termine par un recouvrement avec un verni mat ou brillant, en deux couches afin de bien fixer l'encre.
Délimitation Délimitation au scotch
Masquage au vinyle   Découpe de l'excédent
Les zones qui ne doivent pas être peintes (si elles restent visibles) doivent être masquées avec du ruban adhésif.
Dépolissage Essuyage
Comme avant toute peinture, les surfaces doivent être finement poncées, propres et apprêtées. Pour des objets moulés en fibre, on dépolit les surfaces avec un tampon abrasif pour favoriser l'accroche.
Film alimentaire Film posé sur l'eau
Du film alimentaire est utilisé pour masquer rapidement les grandes surfaces. Le bord doit être parfaitement hermétique pour parer à toute infiltration.  

Le film doit être déposé délicatement à la surface de l'eau. Il faut éviter à tout prix d'emprisonner des bulles d'air.
Après quelques secondes, le film réagit en se fripant. Lorsqu'il s'est dilué dans l'eau au bout d'environ 2 minutes, la peau se retend.

Activateur Prêt à immerger
L'activateur est alors pulvérisé à la surface, en deux couches croisées. L'encre fond à ce moment-là, l'objet va pouvoir être immergé juste après.   La plongée ne dure que quelques secondes. Quand la pièce est ressortie, l'encre s'est déposée avec une précision étonnante. Toute coulure est impossible et le résultat est presque magique.
Plongée en quelques secondes Aussitôt sorti de l'eau
Ici, c'est l'extrémité d'une aile tout plastique qui subit le traitement. Tout ce qui ne doit pas être encré est protégé par du ruban adhésif et du film alimentaire.    
Délimitation du décor Saumon d'aile
Le ruban de masquage permet de délimiter méticuleusement les contours. On voit bien ici la précision du motif.
Détail de l'articulation Saumon
C'est bien de l'encre qui s'est déposée, et non un film. Il n'y a rien à recouper au niveau de l'articulation par exemple.   Quel que soit le rayon des courbes, toutes les formes sont recouvertes avec exactitude, comme on le voit sur ces saumons.
Bord d'attaque Délimitation
Le bord a été retracé au feutre indélébile pour bien le matérialiser.
Vinyle de masquage Masquage posé
Les déchirures sont tracées à l'informatiques et découpées dans du vinyle avec une machine Silhouette SD.
Peinture blanche Ombrage noir
Masquage puis peinture. Un voile de noir pour l'ombre, un de blanc pour le reflet et la couleur pour le reste.
Peinture bleue Déchirures
Des bombes de peinture ont été utilisées mais un aérographe permettrait de travailler avec plus de précision et des dégradés plus progressifs.
Mise en eau Recouvrement
Fuselage   Plan de joint
Un fuselage peut être recouvert en une fois, en immergeant d'abord le dessus. La jointure se fait uniquement sur le plan de joint inférieur.
Les motifs sont cependant très étirés. Tous les films ne sont donc pas adaptés pour cet usage et il faudra parfois procéder en deux demi-coquilles.
Fuselage décorée Mini-Ellipse Jaro Muller
     
Décor unique
Des finitions assez extraordinaires peuvent être obtenues sur nos modèles et équipements grâce à l'hydrographie, un procédé étonnant mais cependant tout à fait abordable.

Quelques erreurs à éviter
Effets
Cause
Remède
- Des bulles sont emprisonnées sous la surface
- Film froissé ou mal positionné
- Poser le film plus délicatement, en commençant par le milieu.
- Souffler délicatement sur le film pour faire glisser les bulles vers les bords.
- Le film se déchire lors de l'immersion
- Eau trop froide
- Temps d'attente trop court avant pulvérisation
- Ajuster la température du bain à 27°C
- Immersion trop rapide
- Consulter les consignes du fabricant et le timing indiqué
- L'encre accroche mal
- Surface mal nettoyée ou trop lisse
- Dépolir la surface et bien la nettoyer avec les produits adaptés
- Appliquer une couche de produit primaire
- L'encre couvre mal ou se répand en surface
- Temps d'attente trop long après pulvérisation de l'activateur
- Immerger la pièce sans tarder après pulvérisation (jamais plus de 30 s)
- Trop d'activateur
- L'encre se détache lors du nettoyage
- Nettoyage trop virulent
- Laisser égoutter plus longtemps avant de nettoyer
- Mettre plus d'activateur
- Des bulles subsistent après la sortie de l'eau
- Objet pas assez incliné
- Temps d'attente trop court
- Impuretés en surface
- Respecter le timing
- Lisser délicatement avec le doigts pour crever les bulles
- Certaines zones non recouvertes
- Des bulles ont été emprisonnées durant l'immersion
- Incliner la pièce davantage
- Immerger la pièce plus lentement
- Le film reste raide à la surface
- Film posé à l'envers
- A refaire avec un autre morceau posé du bon côté

Contacter l'auteur : laurent@jivaro-models.org
 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org

Locations of visitors to this page