Home
Sujet ajouté le
28 février 2016
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 

Rapide comme une flèche !

Présentation : Laurent Berlivet

Vous aimez la vitesse, les passages à fond au ras du sol accompagnés du miaulement strident de l'hélice, aussitôt suivis d'une chandelle interminable ? L'Impressivo est sans doute le modèle qui pourrait vous séduire, surtout si vous souhaitez changer des ailes en mousse et que vous avez envie de ressortir la colle et travailler le bois. Pas d'inquiétude cependant sur le temps à consacrer à la construction : même si le kit est un fagot de planches et de baguettes, il est si bien conçu que c'est un vrai bonheur à assembler, en quelques soirées.

Avant entoilage Prêt à voler
Démontable   Décor bien visible
Passage bas   Plein pot

Les kits en structure à assembler sont de plus en plus rares. Pourtant, avec la précision d'une découpe numérique, le montage est un véritable plaisir. Quelques heures suffisent pour assembler la cellule de l'Impressivo.


Caractéristiques techniques
Marque : CNC Hager
Distributeur : Höllein
Importateur : Turbines RC
Nom : Impressivo
Envergure : 885 mm
Longueur : 680 mm
Corde : 300 / 115 mm
Profil : Symétrique 11,5%
Surface : 17,2 dm²
Masse : 790 g
Charge alaire : 49 g/dm²
Prix indicatif : 89,00 €

Réglages

Centrage : 120 mm du bord d'attaque

Petits débattements :
Tangage : +5 mm, -5 mm,
Roulis : +5 mm, -5 mm, 50% d’expo

Grands débattements :
Roulis : +10 mm, -10 mm, 50% d’expo

 

Equipements

Servos : Graupner DES 427 BB
Contrôleur : Multicont BL-37/II Multiplex
Moteur : Himax HA2825 2700 kV
Hélice : APC 5''x5'' ou 5,5'' x 4,5''
Pack prop : Lipo 3S 2200 mAh
Radio : 4 voies


Vidéo de quelques vols avec départ à la catapulte. Ca fuzzzz !

C'est CNC Hager, un artisan allemand qui fabrique le kit de l'Impressivo et quelques autres distribués par Höllein et importés en France par Turbines-RC. Ce dont on peut être certain avec ce genre de kit, c'est que celui qui le produit y met tout son savoir-faire modéliste et toute sa passion. La qualité est alors au rendez-vous, que ce soit au niveau des matériaux comme de la conception ou des performances.

La boîte Petite étiquette Boîte bien remplie

Facile à expédier, la boîte est minuscule et bien remplie. Le plan est imprimé en couleurs. Toutes les pièces y sont représentées mais certaines sont à échelle réduite. L'aile et le fuselage sont à la bonne taille et comme tout s’emboîte sans risque d'erreur, on se servira du tracé uniquement pour contrôler que tout va bien.

Contenu du kit
Le kit contient toutes les pièces en balsa, contre-plaqué, samba, carbone et fibre de verre. L'assemblage ne nécessite pas d'outillage particulier.

Toutes les pièces sont fraisées si proprement qu'il n'y a aucune retouche à effectuer. On sortira le cutter et une petite lime pour le principe, ainsi qu'une lame de scie à métaux pour recouper les longerons en tube carbone. Une cale à poncer sera indispensable en fin de montage pour arrondir les angles avant la finition.

Longerons carbone et contre-plaqué Nervures fraisées Bord de fuite samba profilé

Le balsa est trié, à la fois rigide et léger, le contre-plaqué est du multiplis de bouleau et les tubes en carbone sont bien raides et de forte section.
Les bords de fuite dont font partis les élevons sont des profilés en samba bien rigide pour ne pas flutter, biseautés à la forme exacte et même fraisés pour recevoir les guignols en plaque époxy.
Le nécessaire pour réaliser les commandes et les fermoirs pour les trappes d'accès à l'intérieur du fuselage est également livré.
La notice d'une vingtaine de pages est illustrées de multiples croquis qu'il suffit de suivre pas à pas, sans même avoir besoin de connaître la langue d'outre-Rhin dans laquelle elle est rédigée.

Equipement

Pour vraiment s'amuser, on choisira une motorisation musclée. J'ai suivi les conseils qu'on trouve sur le site avec un moteur Himax HA2825 d'un kV de 2700 qui me permet d'utiliser des packs classiques en 3S, en l'occurrence des Black Lithium 2200 mAh 35C. L'hélice est une APC 5''x5'' ou 5,5''x4,5''. Le contrôleur est un Multicont BL-37/II de chez Multiplex. En fait, c'est cet ensemble qui est préconisé sur la Funjet de Multiplex. Je suis très satisfait des performances et de l'autonomie, le vol est déjà très rapide. Ceux qui souhaitent obtenir un engin de folie utilisent un HET 2W25 en 4S.

Motorisation Multiplex Moteur Himax, contrôleur Multiplex
Le combo Multiplex de la Funjet est une bonne base pour l'Impressivo.
Himax HA2825 2700 kV Contrôleur 37 A Graupner DES 427 BB
Moteur Himax HA2825 2700 kV et contrôleur 37A. Les servos doivent être au top, comme les Graupner DES 427 BB.

Des
vols en patrouille avec un ami qui a équipé son Impressivo suivant cette configuration montrent que son modèle est plus rapide comme on pouvait s'y attendre. Mais en coupant un peu dans les virages ou dans les chandelles, on arrive a effectuer des passages groupés qui font monter l'adrénaline...
Les servos doivent être de qualité et sans le moindre jeu pour conserver des trajectoires précises et éviter tout risque de flutter sur les gouvernes. Là encore, j'ai suivi les conseils du fabricant en prenant des numériques Graupner DES 427 BB à pignons métalliques très précis et qui se glissent dans l'aile sans dépasser.

Montage du fuselage

Le fuselage est une caisse en balsa. Des baguettes permettront d'arrondir un peu les angles. Les flancs sont doublés par des planchettes fraisées au niveau des couples en contre-plaqué qui de leur côté possèdent des tenons. Ils sont ainsi bien positionnés et rien n'est visible à l'extérieur. On obtient donc sans aucune difficulté un fuselage parfaitement rectiligne. Si vous avez opté pour une motorisation en 4S, je vous conseille de fraiser quelques ouvertures dans les flancs au niveau où sera placé le pack d'accus afin de le ventiler. Et si vous craignez un peu pour les départs lancés à la main, vous pouvez aussi prévoir quelques renforts pour intégrer un crochet de catapultage.

Flancs Baguettes d'angle Doublage de flanc
Le fuselage est une simple caisse. Les doublages de flancs ajourés pour recevoir les couples permettent d'obtenir un fuselage bien rectiligne à coup sûr.
Flancs symétriques Baguettes d'angles Clé d'ailes
Ponçage des flancs Egalisation des flancs Couples
Petit coup de ponçage sur les flancs accouplés afin qu'ils soient parfaitement identiques (et symétriques).
Couples à emboîter Insertion des couples Trou pour la goupille de la trappe
Les couples s'emboîent dans les encoches des doublages de flancs. Aucun risque d'erreur.
Couple en place Plancher batterie Plancher batterie
Même les coffrages sont découpés aux formes exactes du fuselage.
Plancher batterie Assemblage des flancs Assemblage des flancs
Ici, c'est le placher de la batterie qui est intégré avant collage des flancs.
Coffrage inférieur Coffrage inférieur Coffrage inférieur
Coffrage du fuselage fibres en travers.

Toutes les pièces s'assemblent sans la moindre retouche ; même les coffrages sont coupés précisément sans déborder des flancs, ce qui facilitera le ponçage. Au niveau de la batterie, une trappe amovible est prévue, tout comme à l'arrière pour accéder au moteur. A ce niveau, une écope thermoformée est livrée. Afin que le plastique ne vienne pas en surépaisseur une fois collé sur la trappe, celle-ci est fraisée dans l'épaisseur à sa forme exacte ! Du jamais-vu qui prouve bien que la conception a été optimisée dans les moindres les détails.
Planche fraisée Assemblage trappe Trappe assemblée
Détail des découpes sur une planche de balsa. Au niveau où viendra se placer l'écope thermoformée pour refroidir la motorisation, la planche de balsa est même fraisée à mi-épaisseur !
Simulation Coffrage Couple arrière
Coffrage du fuselage. A l'arrière, un trappe permet d'accéder au compartiment moteur.
Renfort collage Découpe coffrage Coffrage
Le collage du couple support-moteur est renforcé avec un congé de micro-ballon avant coffrage..
Collage des coffrages Coffrage du fuselage Couples avant
Coffrage de la partie arrière inférieure du fuselage.
Couple centrale Couple avant Pincement de l'avant
L'avant du fuselage est pincé autour du couple.
Coffrage de la pointe Coffrage Trappe batterie
Coffrage de l'avant et préparatif de la trappe d'accès au compartiment batterie.
Accès batterie Trappe en place Trappe arrière
Le fuselage intégralement coffré. Tout s'ajuste parfaitement. Même les trappes amovibles restent indécelables.
Ajustage des baguettes Ponçage Bloc pour le nez
L'avant est aplani pour recevoir le bloc en balsa contre-collé formant le nez.
Collage du nez Nez à profiler Dégrossissage
Collage du nez et profilage au cutter avant ponçage général.

Le couple arrière devra être perforé en fonction du moteur choisi afin d'évacuer les calories. Le fabricant pourrait en proposer un évidé pour les motorisations qu'il conseille et un autre plein pour ceux qui devront improviser.
Après un bon coup de ponçage dans les angles et sur le nez, il s'est écoulé à peine 2 heures et le fuselage est déjà prêt à être entoilé.

Repère moteur Perçage Evidements
Le couple moteur doit être ajouré en fonction du diamètre du moteur choisi.

Montage de la voilure

Les nervures au niveau des emplantures et des dérives sont constituées de 3 épaisseurs : une centrale en balsa plaquée par deux autres en contre-plaqué. Le bord d'attaque est une languette de contre-plaqué qui se glisse horizontalement dans la pointe des nervures. Il faut bien sûr respecter leur numérotation et choisir dès maintenant si les palonniers de servos déboucheront à l'indrados ou à l'extrados, le fabricant laisse le choix. Sur mon aile, ils sont placés dessous, c'est plus discret et ils n'ont jamais accroché l'herbe lors d'un atterrissage.
Le faux bord de fuite est lui aussi étonnant quand on l'observe en détail. C'est une simple baguette fendue pour recevoir les nervures, mais en regardant de plus près, on constate qu'une fente supplémentaire plus profonde a également été fraisée afin de caler les tenons des queues de nervures qui ne peuvent plus bouger dans le plan vertical.

Bloc de nervues Nervures Nervures d'emplanture
Contre-collage Collage cyano Nervure d'emplanture
Nervure support dérive Nervures support dérive 3 nervures
Certaines nervures sont doublées de contre-plaqué, comme celles de l'emplanture ou celles à la découpe curieuse qu'on voit ici, qui supporteront les dérives.
Nervures d'emplanture Nervures et fourreaux Fourreaux de clés
Les 3 nervures sitées côté emplanture sont glissées sur les fourreaux de clés en aluminium. Elles ne doivent pas être collées pour le moment.
Nervures et fourreaux Ajustage soigné Fourreau et nervure
Bien s'assurer que les tubes affleurent à chaque extrémité.
Bord d'attaque encoché Jonction nervure - bord d'attaque Bord d'attaque en place

Le bord d'attaque est une languette de contre-plaqué encochée pour laisser passer l'avant des nervures. Tout s'emboîte sans erreur possible.

Bord d'attaque Faux bord de fuite fraisé Bord de fuite
Les faux bords de fuite sont doublement fraisés, ce qui permet de caler les queues de nervure aussi bien latéralement que verticalement.
Assemblage de l'aile Nervures fraisées Mise en place du faux bord de fuite
Certaines nervures sont fendues afin d'y glisser les supports des servos. Il faut déterminer à ce moment si les palonniers dépasseront à l'intrados ou à l'extrados pour les coller dans le bon sens.
Faux bord de fuite Demi-aile gauche Demi-aile droite
On prend bien garde à construire 2 ailes symétriques (ce sont les nervures supportant les servos qui servent de repère).
Marquage du longeron Longeron côté saumon Longeron côté emplanture
Les longerons sont roulés sur une surface bien plane. S'ils apparaissent légèrement courbés, la partie bombée est repérée et sera placé de la même façon pour chaque demi-aile.
Longeron glissé dans les nervures Longeron en place Alies assemblées
Les longerons sont glissés à travers les nervures mais ne doivent pas être collés pour le moment.
Clés d'ailes Clés dans le fuselage Cale d'écartement
Les clés sont passées dans le fuselage. Les petites cales d'écartement sont découpées.
Mise en place des ailes Cales Ailes écartées
Les ailes sont glissées sur les clés. Les petites cales viennent en appuis contre le fuselage et les nervures d'emplanture, garantissant un parallélisme optimal, même si le longeron dépasse encore de l'emplature..
Pointage des fourreaux de clés Cale coté bord d'attaque Cale côté bord de fuite
Si tout est bien aligné, les fourreaux de clés peuvent être collés à la cyano contre chaque nervure.
Mise en croix Assemblage provisoire
Première mise en croix après quelques petites heures d'assemblage : ça prend forme.
Cales pour l'aile Aile en appui sur le chantier Aile calée sur le chantier
Ces petits blocs servent à caler les demi-ailes bien à plat sur le chantier.
Collage du longeron Collage renforcé Tube arrasé
Le longeron est collé contre les nervures à ce moment-là. A cause de la flèche et des trous oblongs, il faut renforcer le collage avec un filet de micro-ballon collé à la cyano.
Longeron recoupé Ponçage à plat Ponçage de l'emplature
Le longeron est recoupé côté saumon, puis ajusté par ponçage aux nervures.
Supports servos Support servo dans les nervures Support servo
Les supports de servos sont eux aussi en bois. On les intègre entre les nervures lors du montage.
Collage du support servo Support de trappe Cales pour la trappe
Supports de trappe Collage des supports de trappe Trappe de servo
Des doublages viennent se plaquer contre les nervures afin que la trappe de servo prenne appui dessus.
Bouchons de fourreau de clés Fourreaux de clés bouchés Bonchon de fourreaux
Les fourreaux de clés sont fermés par des bouchons en balsa.

C'est à ce moment qu'on glisse le solide longeron délicatement à travers les trous oblongs de chaque nervure. La notice conseille de faire rouler les tubes sur un chantier bien plan afin de s'assurer qu'ils soient bien rectiligne. Si ça n'est pas tout à fait le cas, un trait au feutre indélébile permet de repérer la partie bombée et de la placer de façon symétrique sur les deux demi-ailes.
En utilisant les petites cales livrées à glisser sous le bord d'attaque et sous le bord de fuite, il n'y a aucun risque d'obtenir une aile vrillée. Ca aussi, on aime.
Le collage du longeron sera repris au passage de chaque nervure par un congé de cyano et de filler (micro-ballon).
Les bords de fuite en samba seront collés dans le prolongement de la base des dérives glissées en place provisoirement durant cette opération.
Il reste à coller les saumons en balsa plein qu'il faudra profiler d'un petit coup de ponçage et donner un petit coup sur l'avant des nervures dans le sens de l'envergure.
Là encore, on peut compter deux heures de montage.

Trappe servo Saumon en balsa Saumon à profiler
Collage des blocs de balsa formant les saumons.
Bord de fuite fraisés Ponçage du fuselage Cellule terminée
Les élevons sont en samba, déjà profilés, biseautés au bord d'attaque et fraisés pour recevoir le guignol.

Dérives amovibles

Pas toujours facile de stocker ou de transporter les modèles. Sur cet Impressivo, les dérives peuvent être très facilement rendues amovibles, sans la moindre conséquence sur la solidité, même en vol à pleine vitesse car la conception est déjà astucieuse. La base de la dérive est effectivement prise en sandwich entre deux nervures en contre-plaqué.

Embase de dérive Dérive glissée dans la nervure Dérive à sa place
Ce qui est livré, prévu pour être collé.
Perçage de la nervure Perçage par le dessous Nervure marquée
La nervure est percée par le dessous, dérive en place.
Perçage de la nervure Ecrous noyés Ecrou diamètre 2 mm
La dérive est repercée bien dans l'axe, sur environ 1 cm de profondeur. Les écrous noyés de 2 mm de dèamètre sont reponcés pour faire l'épaisseur de la dérive, soit 3 mm.
Marquage sur la dérive Encoche pour l'écrou Ecrou en place
Une encoche est pratiquée pour noyer l'écrou. La vis est mise en place pour s'assurer que tout rentre correctement.
Renfort du collage Dérive en place Serrage par le dessous
Le collage de l'écrou est assuré au micro-ballon. Le serrage s'effectue par le dessous.

Voilure démontable

Même si les dimensions sont relativement réduites, l'Impressivo peut s'avérer encombrante à cause de la flèche prononcée de son aile. J'ai choisi de la rendre démontable, d'autant qu'il n'y a pratiquement rien à modifier. Au lieu de solidariser les clés dans leurs fourreaux et de coller les ailes sur le fuselage, j'ai ajouté deux petits crochets métalliques vissés dans les nervures d'emplanture. Deux fentes dans les flancs permettent leur passage à l'intérieur du fuselage. Un collier en nylon ou quelques élastiques plaquent l'ensemble efficacement.
La base des dérives comporte plusieurs vagues qui s'encastrent exactement dans les nervures doublées à ce niveau. Afin de les rendre amovibles, un écrou de 2 mm a été noyé dans l'épaisseur de chaque dérive. Une vis métallique glissée dans la nervure par l'intrados vient s'y serrer sans que rien ne dépasse, c'est très costaud et invisible.

Crochets à visser Perçage à 7 mm de la clé Perçage
Deux petits crochets à visser on été implantés dans les nervures d'emplanture.
Serrage du crochet Evidement dans le flanc Trou oblong
Un trou oblong est fraisé dans le flanc, juste en face du crochet.
Aile en place Ressort de maintenue Ressort décroché
Les ailes sont plaquées contre le fuselage avec un ressort ou un collier nylon.
Cellule prêt pour l'entoilage
La cellule est terminée, prête à être entoilée après 5 heures de travail, sans autre outillage qu'un cutter, un cale à poncer et une perceuse, ainsi qu'une simple planche servant de chantier posée sur la table du salon.
A ce stade, elle pèse 298 g.
Tubes recoupés Corde à piano pliée Goupille
Les goupilles permettant de fermer les trappes sont confectionnées avec du tube plastique et de la corde à piano.
Goupille à coller Verrou de trappe Verrou pour la trappe
Collage du verrou dans une trappe, après entoilage.
Ecope thermoformée Ecope collée
Détail de l'écope thermoformée qui prend place sur la trappe amovible permettant l'accès au moteur. A noté que l'épaisseur du balsa est fraisée à cet endroit !
Servo et rallonge Servo et rallonge en place Rallonge sécurisée
Fixation des servos d'élevons. Ils peuvent dépasser à l'intrados comme ici, ou bien à l'extrados pour ceux qui craignent de casser des pignons à l'atterrissage.
Trappe de servo Guignols et chappes Ponçage du guignol
Les guignols sont fraisés dans de la plaque époxy. La surface est rayée pour améliorer l'accroche de la colle.
Commande courte Support servo Servo installé
Cales pour les servos confectionnées sur mesure, tout comme les commandes très courtes.
Trappe Servo vissé Sécurisation
Quand le servo est en place et les débattements réglés, les trappes sont refermées avec du ruban adhésif. Une goutte de cyano ou de frein-filet immobilise l'écrou sur la vis de serrage.
386 g sans motorisation
La cellule entoilée et décorée pèse 386 g avec ses servos mais sans autre équipement.

La décoration

Le modèle qui illustre le couvercle de la boîte est d'une tristesse à oublier. Il faut un décor tonique et bien contrasté sur ce genre d'appareil. La cellule nue pèse tout juste 300 g. Elle a été entièrement recouverte à l'Oracover. Quelques croquis ont été remis au propre avec un logiciel de dessin afin de réaliser les damiers et les lettrages en vinyle autocollant découpé avec une machine numérique Silhouette SD. L'entoilage et le décor pèse 85 g. Le dessus doit être bien différent du dessous afin de bien visualiser le modèle qui devient un petit point dans le ciel en seulement quelques secondes. C'est finalement la finition qui a demandé le plus de temps...

Recherche pour décor
Décor chattoyant Racé
Un décor bien visible est indispensable à cause de la petite taille et de la géométrie un peu inhabituelle.

Réglages

La batterie est immobilisée sur un tapis de velcro. J'ai placé un bloc de mousse dense dans l'avant du fuselage pour l'empêcher d'avancer. Il faut bien repérer son emplacement afin de conserver le centre de gravité à l'endroit indiqué par le fabricant, à 120 mm du bord de fuite à l'emplanture. Un centrage plus avant oblige à cabrer les élevons et l'appareil se met à marsouiner, c'est très désagréable.
Pour les débattements, on peut également suivent aveuglément la notice. J'ai quand même ajouté un double débattement pour obtenir des tonneaux plus rapides, spectaculaires dans certains passages à l'horizontale.
Le fabricant recommande de programmer une phase de vol pour le décollage, avec les élevons relevés de 1 mm durant 1 à 2 secondes. Ca évite une trajectoire descendante durant les premiers mètres.
Le modèle prêt au vol pèse 790 g et est donc loin des 600 g annoncés malgré que l'équipement soit un de ceux qui sont conseillés et les collages effectués à la cyano. La charge alaire inférieure à 50 g/dm² reste acceptable mais on devine que l'appareil ne sera pas à mettre entre toutes les mains.
La consommation est de 33 A au sol avec une hélice APC 5''x5'', soit plus de 350 W, c'est plus qu'il n'en faut...

En vol, ça déménage !

Démonté Mise en place des dérives Dérive installée
Pour faciliter le stockage, cette Impressivo a été rendue démontable. Les modifications sont minimes et n'apportent pas de poids supplémentaire. La base des dérives possède une découpe particulière. En les plaquant, elles n'ont qu'une place possible et ne peuvent plus bouger.
Vis sous l'aile Serrage de la vis Installation des ailes
Le serrage des vis tenant les dérives s'effecture par l'intrados.
Les deux clés d'ailes en tube carbone glissent dans des fourreaux collés dans les ailes.
Rallonge de servos glissées Serrage de l'aile Batterie en place
Les deux ailes sont plaquées contre le fuselage grâce aux deux crochets ajoutés et un collier nylon.
La batterie est très accessible par la trappe amovible. Suivant sa capacité et donc son poids, elle sera déplacée pour respecter le centrage du modèle.

Même si la tenue en main est bonne, les doigts se plaçant fermement autour du fuselage au niveau du centre de gravité, le lancer ne se fait pas sans une certaine appréhension étant donné la position de l'hélice propulsive. J'ai tenté à 2 reprises de jeter l'Impressivo moteur coupé mais ces 2 tentatives se sont soldées par des retours au sol imprévus ; une fois sur l'aile, l'autre sur le nez ! Heureusement que l'herbe était haute. Le 3e essai moteur en route fut le bon mais il arrive encore que certains départs soient un peu chaotiques malgré un geste précis bien dans l'axe du vent.
Une fois bien lancée, la petite hélice accroche et l'aile part comme une flèche. Les ordres sont doux et précis même à plein badin, les réglages du fabricant sont parfaits pour la prise en main.

Lancé main Ca file Déco visible
L'Impressivo peut être lancée à la main mais les départs à la catapulte sont plus sûr. On met les gaz juste après le lâcher.

La vitesse en palier est soutenue. Après un long piqué, elle devient joufflue. Une Impressivo en 4S a été mesurée au radar à 280 km/h, on peut donc imaginer que la version en 3S dépasse facilement les 220 km/h.
Les boucles ont un diamètre immense, les tonneaux passent en 2 secondes environ avec les débattement indiqués. Mais avec 10 mm de chaque côté aux gouvernes, il est pratiquement impossible de les compter... Les tonneaux lents ou à facettes pourront être commencés sur une pente légèrement ascendante afin de compenser l'absence de volet de direction sur la tranche.

Passage plein pot Ca file... Et ça hurle !
La vitesse de vol plein pot est soutenue, supérieure à 200 km/h et plus encore après un piquer prononcé.
Passage bas Passage rapide Atterro
L'aile est très neutre, les trajectoires tirée au cordeau et les figures immenses.

Le vol dos tient en poussant à peine et les caractéristiques restent les mêmes qu'en vol à plat.
Plutôt qu'un large virage, les demi-tours sont bien plus spectaculaires en effectuant ¾ de tonneau d'un côté pour virer de l'autre ou bien une chandelle écourtée par un retournement tombé plein badin, comme les jets en meeting.
Cette aile volante en flèche est presque un delta, elle conserve une certaine stabilité même à forte incidence. On réduit les gaz, on tire la profondeur progressivement et elle descend en parachutant le nez vers le haut. Les élevons contrôlent encore la direction et la vitesse de chute laisse penser qu'on pourrait même atterrir ainsi. L'herbe n'était pas assez haute pour essayer...
Pas moyen d'effectuer une vrille, même après un décrochage dynamique. L'aile décroche puis pique vers le sol avant de reprendre sa vitesse, ou s'enfonce si on conserve le manche au ventre. Elle n'a donc vraiment rien de méchant.
La durée d'un vol est d'environ 8 minutes car on ne vole pas toujours à fond, des passages plus tranquilles en vol plané permettent de relâcher un peu la concentration...
Pour l'atterrissage, il faut venir de très loin car elle n'en finit pas d'allonger, et quand on pense qu'elle va toucher, elle continue encore en effet de sol pendant quelques dizaines de mètres. Il faut donc prévoir un terrain suffisamment vaste pour évoluer. L'hélice est petite, et malgré une position très à cabrer de l'appareil au moment du toucher, il est très rare de la casser.

Un crochet pour le catapultage

Lassé des trajectoires un peu aléatoires qui suivaient certains lancés, j'ai préféré ajouter un crochet pour effectuer des départs à la catapulte. Le fuselage a été désentoilé puis une longue bande de contre-plaqué 3 plis (2x25 cm) qui amortira les efforts lors de la traction du caoutchouc a été intégrée à la place du coffrage, dans le fond du fuselage. Elle est affinée au niveau des couples pour s'appuyer dessus. L'endroit où se visse le crochet métallique est également doublé. Après réentoilage, seul le crochet dépasse.
Pour faciliter la tenue du fuselage lors de la traction, deux bandes de papier de verre autocollant ont été collées de part et d'autre du fuselage. Ainsi, il ne risque pas de glisser entre les doigts.

Fond du fuselage Crochet dy commerce Pince
Après les premiers lancés, le fuselage a été désentoilé afin d'intégrer une plaque de contre-plaqué servant de support au crochet de catapultage.
Crochet replié Crochet en Z Crochet recoupé
Le crochet étant trop long, avec le filetage trop éloigné du coude, il a été replié.
Fond à remplacer Découpe du fond en balsa Retrait du fond en balsa
Entaille pour couple Essai de mise en place Doublage en contre-plaqué
Fond en contre-plaqué Serrage du crochet Fond en contre-plaqué collé
La planche est enturée au passage des couples. Elle est également doublée à l'endroit où vient se fixer le crochet métallique.
Fond en contre-plaqué Crochet installé Prêt à catapulter
Le fond du fuselage est refermé puis l'ensemble est réentoilé. Le crochet de catapultage est placé très en avant de l'aile pour un départ à l'horizontale.
Papier de verre autocollant Découpe du papier de verre Découpe en arrondi
Deux bandes de papier de verre fin et autocollant ont été découpées puis collées sur les flancs.
Antidérapant Les doigts ne glisseront pas Catapulte tendue
Ainsi, le fuselage ne risque pas de glisser entre les doigts quand la catapulte est tendue.

Adrénaline au rendez-vous !

Ce modèle est un vrai bonheur à assembler, la conception est assez extraordinaire puisque toutes les pièces s'emboîtent comme un puzzle sans la moindre retouche. Qu'on ne dise pas qu'il faut un atelier pour construire ce genre de kit, une planche sur la table du salon et l'aspirateur à portée de main durant deux ou 3 soirées suffisent. En vol, l'allure et la vitesse sont fantastiques.

FFFfffffiiiiiiii !!! Plus de 200 km/h en palier Sacré petit bolide
Les passages près du sol plein badin avec l'hélice qui hurle sont impressionnants.
Aile Greg Impressivo Greg Zietek
L'Impressivo de Greg Zietek, motorisée en 4S, est encore plus impressionnante.

On aime

  • Qualité de conception
  • Kit structure à assembler
  • Montage sans surprise
  • Vitesse et trajectoires
  • Equipement en 3 ou 4S

On aime moins

  • Couple moteur non ajouré
  • Lancé délicat

Contacter l'auteur : laurent@jivaro-models.org

Impressivo, ça fuse !
 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page