Home
Sujet ajouté le
1er juin 2006
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 

Inter-Ex 2003

Nederweert


O.V.N.I.* dans le ciel de Hollande
* Objets Volants Novateurs ou Insolites

Présentation : Laurent Berlivet


http://www.mvcnederweert.nl/
Le MVC Nederweert, en Hollande, accueillera la prochaine édition d'Inter-Ex les 2 et 3 septembre 2006.

Tous les ans, depuis 18 ans, la rencontre des « penseurs de travers » fondée par l’allemand Jupp Wimmer se déroule alternativement en Hollande ou en Allemagne. La dernière édition s’est déroulée au mois de septembre au pays des moulins et des tulipes, sous le ciel dégagé du petit terrain du MVC Nederweert.

A l’origine, cette folle rencontre a été crée pour favoriser les échanges d’idées et encourager l’expérimentation à travers l’aéromodélisme, tant au niveau des cellules, du mode de mise en altitude des modèles ou du vol lui-même, afin d’étudier les éventuelles possibilités de développement vers l’aviation grandeur.
Tous les modèles sont acceptés, pour peu qu’ils sortent de l’ordinaire.
Nous avons laissé ici de côté tous ceux qui sont équipés de moteurs thermiques ou de réacteurs, même s’ils sont parfois forts intéressants, pour laisser bien entendu la place aux modèles électriques et aux planeurs.
Le terrain de vol du MVC Nedeweert est situé en bordure de forêt. Il dispose d’une piste en bitume entourée d’une autre en herbe bordée par des champs. Un haut grillage délimite la zone de vol et celle de l’exposition statique. L’organisation tolérante autorise les nombreux modélistes étrangers à utiliser les mêmes fréquences radio que dans leur pays d’origine. Il n’y a pas de programme établi, chacun est libre de voler quand bon lui semble et quand la fréquence est libre.


Deux des plus gros succès de la rencontre 2003 : la très impressionnante Horten IX bi-reacteurs AMT de l’équipe de Eric van den Hoogen qui mesure 4,20 m aux vols époustouflants de réalismes et les minuscules ailes volantes Variante du team Jumelin – Martin – Piednoir aussi innovantes que performantes.


L’énorme Vincent Fun du très sympathique berlinois Peter Haas mesure 5 m d’envergure (et en plus c’est un biplan !) et pèse 14 kg. C’est un assemblage de divers éléments maintenus le plus souvent par des élastiques.

Les ailes volantes Yoda de Herbert Stammler sont disponibles en kits. Très légères (350 g pour la version 1,50 m et 400 g pour la version 2 m), elles sont simplement motorisées avec des Speed 280 L. Pour être suffisamment rigide malgré l’allongement, les longerons sont en tube carbone.


Un énorme park flyer du à l’allemand Claus Peter Fischer. Cet Arado 555 tout Dépron mesure 3,30 m et pèse seulement 7,5 kg pour 3 m2 de surface ! La motorisation n’est confiée qu’à un Ultra 220/2 réducté et seulement 12 éléments. Inutile de vous préciser que le vol est lent, très lent, même lorsque les 10 roues du train d’atterrissage sont rentrées.

L’hélicoptère à rotors contrarotatifs avec son châssis en bois de Didrik Thijssen : une autre façon de pratiquer la voilure tournante.

D’une autre époque, l’aile volante Lapidar reproduite ici par Han Witteween mesure 3 m d’envergure et pèse 9 kg. Propulsée par 2 x 28 éléments et un moteur Lehner 1940-15, elle ne parviendra pas à décoller. Le manque d’incidence au roulage et les roues placées loin derrière le centre de gravité empêchent toute rotation. Son constructeur va sans doute modifier le train d’atterrissage caréné pour éliminer le problème.

L’énorme Momo le saurien pousse des cris lorsqu’il ouvre le bec. Ca peut surprendre s’il passe au-dessus de vous sans que vous ne l’ayez vu arriver… Imaginé par Horst Battke et Frank Millich, il prenait l’air accroché derrière un avion remorqueur.

Un curieux planeur équipé d’une aile qui rejoint le stab, ou l’inverse… Il mesure 3 m d’envergure et était mis en altitude avec un sandow. Ca doit être un bon modèle pour traquer la bulle car il est peu chargé.

Alfons Gabsch de la Nurflügel Team est un passionné d’ailes volantes pures. Son oiseau est motorisé de façon discrète en propulsif. Les départs sont assurés à l’aide d’une catapulte.

Cette grosse maquette d’Alouette III de 1,50 m de diamètre rotor est propulsée par 30 éléments de 2400 mAh. Elle est équipée de nombreuses fonctions : le pilote bouge et un parachute saute.

Finition très soignée sur le Faucon de 2,20 m de Rie Janssen. Il s’agit d’une aile volante pure, sans dérive.

Curieux engins imaginés par des modélistes. La Cigogne de Jan Smulders est équipée d’une turbine placée dans l’épaisseur de son fuselage planche.


Un prototype censé reproduire le Pond Racer, un avion de courses aux pylônes conçu par Burt Rutan.

Les modèles à ailes battantes sont de plus en plus fréquents et parfois parfaitement au point.


Magnifique travail de construction effectué sur cette nef volante dessinée en 1709. Elle a été reproduite par Jupp Wimmer, toujours à la recherche des engins les plus curieux ayant été dessinés avant que les premiers vols humains ne soient réalisés.

Une belle structure tout en courbes, réalisée par Jupp Wimmer, fondateur de la rencontre Inter-Ex.


Vraiment original, cette reproduction d’un autogyre Focke Achgelis FA61. La mécanique est vraiment particulière. Son concepteur, Appie van Moorst, a remporté le trophée du « nouveau mode de propulsion ».


Cet ancêtre de deltaplane est un planeur de pente Platz qui a volé en 1922. Le pilote, assis sur la poutre principale, modifie l’incidence des plans porteurs situées à l’avant pour diriger l’appareil. Arthur Leeuwangh l’a réalisée avec de la toile pour cerfs-volants et quelques tubes carbone. Il repart avec la coupe de « la meilleure idée ».


Peter Haas remporte le Trophée du « meilleur modèle » avec son Tétraèdre inspiré d’un cerf-volant. L’engin pèse tout de même 2 kg et demande un pilotage attentif, comme tous les modèles de Peter.

Belle idée que celle de faire s’envoler l’Euro. Ces park flyers sont dus à Claude de Vries et mesurent respectivement 33 et 44 cm. Batterie Li-po de 145 mAh en 1 ou 2 éléments.

Le Tribelle de Stéphane Dolch est en vente dans le commerce, importé en France par OVIRC. Il s’agit d’un appareil à voilures tournantes disposées en Y. L’électronique astucieuse est cachée sous un carénage central. En vol, le pilotage semble d’une facilité déconcertante, aussi bien en stationnaire qu’en translation.


Le Team JMP au complet. Les Variante de 27 g qui n’ont cessés de voler durant les deux jours ont remporté un succès fous. Simples feuilles de Dépron profilées, elles sont équipées d’un minuscule combo récepteur-variateur et d’actuateurs maintenant commercialisé. Rappelons que ces génies de la miniaturisation faisaient déjà voler en l’an 2000 un avion de 8,9 g en intérieur !

Les ailes volantes Variantes de l’équipe JMP n’ont pas arrêté de voler, quel que soit le vent, et pourtant elles ne pèsent en moyenne que 25 g. Les gouvernes sont actionnées au moyen d’actuateurs qui n’offrent qu’une très faible force. Il faut donc réaliser des charnières les plus douces possible, et compenser les gouvernes de façon statique et aérodynamique.


Cette merveilleuse aile volante réalisée par Hans W. Müller fonctionne uniquement grâce à l’énergie solaire. Un condensateur emmagasine l’énergie puis la restitue au moment du décollage. Après, seuls les rayons du soleil suffisent à la maintenir en l’air. 250 g pour 24,8 dm2 la charge alaire est donc très faible, et le profil employé vraiment très fin : 5,4% d’épaisseur ! Moteur Solar 14 Wp/6,5 V.

Ian Tunstall était venu d’Angleterre pour présenter sa curieuse aile volante Blohm & Voss 208 qui n’a jamais existé que sur le papier. Cet appareil de 3,200 kg pour 180 cm d’envergure est motorisé par un Axi 2820/12 brushless et 12 éléments de 2400 mAh.

Finition miroir sur ce planeur très aérodynamique à incidence intégrale, réalisée par André Lamersdorf. Pas de gouvernes puisque le pilotage se fait en modifiant l’incidence des demi-ailes. Les deux bandes visibles sur l’arrière de l’aile sont des turbulateurs.

Tous les délires sont permis
Ceux qui aiment voyager autant que regarder ou présenter des modèles insolites se donneront rendez-vous à Ostrach, en Allemagne, pour la 19ème édition d’Inter-Ex.
La radiocommande autorise l’expérimentation sans que le pilote ne prenne de risque lui-même, contrairement à l’aviation grandeur où les pilotes d’essais doivent avoir une confiance aveugle dans les constructeurs qui leur confient des prototypes parfois délirants.


Vues partielles de la zone réservée à l’exposition statique. Le pilote peut approcher les modèles de près.

Il faut oser, tout simplement, et souvent, après quelques balbutiements, la machine arrive à tenir l’air. Un peu d’observation, de mise au point et le modèle volera comme un autre plus classique ou peut-être même beaucoup mieux mais avec une toute autre allure. Alors laissez parler votre imagination et lancez-vous, l’expérience est tellement enrichissante.

Contacter le signataire : laurent@jivaro-models.org

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page