Home
Sujet ajouté le
1er juin 2006
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 

MX-12


Une radio pour pouces...
et pour tous !
Présentation : Julien Kuijper


La dernière petite radio de Graupner à presque tout d’une grande, sauf le prix. C’est une 6 voies avec 10 modèles mémorisables et tous les principaux menus de réglages et de mixages.

Caractéristiques
Nom : MX-12

Codage émission : FM /FMsss et SPCM (codage PCM Graupner)
Nombre de voies : 6
Temps d’impulsion : 1,5 ms +- 0,5 ms (trims inclus)
Tension d’alimentation : 9,6 V à 12 V
Consommation : 175 mA
Dimensions : 190x195x85 mm
Masse : 870 g avec accus 1700 mA Ni-MH

Prix indicatif en 6/7/4 sur accus et 2 quartz FMsss ~ 190 €
Prix indicatif en 6/0/0 sur accus et sans quartz ~ 100  €

Depuis maintenant quelques années, on sent bien que le monde de la radiocommande est en ébullition. Les prix baissent, les fonctionnalités deviennent de plus en plus étendues… et chaque grande marque propose non plus une radio largement programmable mais bien toute une gamme adaptée à chacun. Force est de constater que Graupner frappe un grand coup avec la MX-12 que je vous propose de découvrir aujourd’hui.

Souvenez-vous des radios d’il y a 15 ans, pour plus de 2 000 Francs (300 €) vous aviez une 6 voies toute bête sans même la possibilité d’inversion du sens de rotation de servos et encore moins d’ajustement de course ou de dual-rate. Depuis, l’électronique a évolué et les radios programmables sont devenues abordables vers la fin du millénaire mais aujourd’hui, avec cette MX-12, Graupner nous montre que pour moins de 150 € on peut avoir une radio 6 voies entièrement programmable avec récepteur R700, accus d’émission 8 éléments 1700 mA Ni-MH et un servo C577. On peut même pour moins de 100 € se procurer l’émetteur nu sur accus. Et quand je dis programmable, je ne parle pas de 2 dual/rate et de 3 mixages sur un écran de 2 cm sur 1. Non, je parle de vrais menus de programmation avec affichage de courbes d’expo de gaz et de pas qui sauront satisfaire la grande majorité des modélistes à un ou deux détails près, du moins chez les adeptes du pilotage “pouces dessus”. Face à ses concurrentes, la MX-12 propose un prix extrêmement attractif et se positionne parfaitement bien. La FF7 (T7CP) de Futaba coûte 2 fois plus cher mais possède, entre autres, une voie supplémentaire, des inters et quelques menus en plus, la Hitec Optic 6 se positionne dans la même catégorie quoi que tout de même plus chère. La 6EXA est moins fournie en fonctionnalités pour un prix un peu plus élevé. Il ne faudra pas confondre non plus la MX-12 avec la MC12 “pupitre” de Graupner car ces radios n’ont rien à voir ! La MX-12 est incomparablement plus complète. Enfin pour jouer au jeu des ressemblances entre JR et Graupner, la MX-12 semble bien être la même radio que la JR XP6102 vendue outre-Atlantique. On savait déjà que JR et Graupner sortaient des modèles communs aux 2 marques en fonction des continents. Attention tout de même aux faux-semblants car on a souvent dit que la MX-22 était la même radio que la PCM9X alors que même si elles sont d’aspect similaire, les menus ne sont pas les mêmes du tout.
Oui, Graupner fait fort avec la MX-12 en affichant sur le papier un excellent rapport qualité/prix !

Des fonctionnalités étendues
La MX-12 possède les commandes suivantes pré-installées :
- 4 voies proportionnelles à trims digitaux. Les trims digitaux, arrivés tard chez Graupner, sont ici fort bienvenus car ils apportent un confort incomparable quand on passe d’un modèle à l’autre au travers des 10 mémoires de la radio.
- 2 inters de dual/rate pour le tangage et le roulis ou toute autre affectation à volonté.
- 2 inters pour les voies 5 et 6 pour les modes de vols (comme l’idle-up). Notons que ces 2 derniers inters possèdent eux aussi des trims digitaux !
On peut affecter les 4 inters de la radio à des fonctions différentes (voies, mixages, D/R…). Les possibilités ne sont pas infinies mais l’étendue des capacités est déjà fort conséquente. On notera qu’il sera possible de programmer sur un seul inter le changement de dual-rate des 3 voies principales. C’est fort appréciable ! Attention à l’utilisation de l’idle-up car les réglages de trims sont propres à chaque position. Exemple : si vous avez réglé vos trims pour le vol normal, dès que vous commutez l’idle-up les trims se retrouvent au neutre (si vous ne les avez pas réglés auparavant). C’est une fonctionnalité intéressante car effectivement il peut être utile d’avoir des réglages de trim différents quand on vole avec ou sans idle-up mais attention au premier vol !
- Enfin 2 boutons sont disponibles pour le mode écolage ou la coupure de gaz (Trottle Cut). Il ne sera pas possible d’ajouter des inters à cette configuration. C’est là aussi une des caractéristiques des radios “pouces dessus”, toutes les commandes sont en général installées et il n’est pas possible d’en rajouter.


Détail des inters de la partie gauche. A droite de l’image, le trim de l'inter qui se trouve en haut à gauche.

Electronique
Pour voir l’intérieur, il faut enlever les 6 vis cruciformes du boîtier en n’oubliant pas de retirer le quartz. On découvre au premier plan un module HF pour le moins épuré, intégré à la radio mais qui se trouve sur une plaquette démontable donc théoriquement interchangeable. Il y a cependant fort à parier que la pièce détachée coûte à elle seule la moitié du prix de la radio s’il vous prend l’envie de vouloir la changer (cette conjecture n’engage que moi). Donc le module HF n’est pas amovible comme sur une FF9 ou une Eclipse 7 mais démontable. Seul le quartz est amovible et accessible par l’arrière de la radio (comme d’habitude).

Vue de l'intérieur : C’est compact. L'électronique est très miniaturisée. Les fils sont regroupés et disposés proprement.


Gros plan sur le microprocesseur qui gère les programmes de la radio.


Détail d’un manche. Les 2 petites vis dorées servent à régler la dureté des commandes.

Sous la platine HF, on devine le fusible qui protège la radio de toute erreur au moment de la charge.

Au deuxième plan, sous la platine HF et l’antenne, se trouve l’étage des contrôles des manches affublé d’un fusible 3A. En bas, on trouve la platine de gestion du microprocesseur puis les platines électroniques à côté de chaque trim et groupes d’inters. Tout cela est propre, bien réalisé et inspire confiance.
Même si vous ne voulez pas regarder ses entrailles de plus près, vous aurez à démonter le boîtier arrière de la radio. En effet, pour choisir votre manche de gaz, il vous incombera de démonter le ressort de rappel de cette voie et monter la plaquette de maintien du manche. Notez que vous trouverez une plaquette lisse et une plaquette qui permet d’avoir un crantage, comme cela vous choisirez ce qui vous convient le mieux. En règle générale les pilotes “avion” volent avec crantage et les pilotes “hélico” volent sans.
Ensuite si vous ne volez pas en mode 1, il vous faudra paramétrer la radio dans “Mode Systeme” menu “Stick Mode”.
Je n’ai pas fait de tests par analyseur de spectre car je n’ai pas le matériel mais j’ai piloté en 41.140 en salle avec un 41.130 et un 41.150 à côté (de marque différente) et tout s’est bien passé sans un seul top. La marge des 10 Khz est donc bien respectée et n’occasionne aucun débordement.

Ergonomie et prise en main
Il existe 2 grandes familles de radios : celles dites “pupitre” où la radio est portée par des sangles et où on pilote en tenant des manches relativement longs entre le pouce et l’index, et celles dites “pouces dessus” où on tient la radio dans les 2 mains et où ce sont les pouces qui travaillent sur les manches comme ici sur la MX-12. Je suis de ceux qui aiment ce genre de radio polyvalente de par sa petite taille. On peut, à mon sens, plus facilement voler seul avec sur des terrains “difficiles”. En effet, les radios “pupitre” ont souvent une antenne qui monte presque à la verticale et qui gène quand on lance un avion à la main ou quand on fait du lancé-main. Avec une radio compacte tenue d’une main, il est plus facile de lancer le modèle de l’autre… En revanche, en raison de leur plus grande taille les radios “pupitre” offrent souvent la possibilité d’ajouter des interrupteurs de programmation ou des voies supplémentaires que les plus moustachus d’entres nous affectionnent particulièrement. Bref, tout ceci n’est qu’une question d’habitude et de goût, mais je vois souvent des petites annonces où des pilotes revendent des radios neuves car ils ne se sentent pas à l’aise, et il faut vraiment faire attention à ce détail car bien piloter c’est aussi se sentir à l’aise aux manches. De mon côté, j’aime beaucoup utiliser une radio “pouces dessus” mais façon “pupitre”, à savoir avec le pouce et l’index et en tenant la radio avec une sangle… comme quoi tous le goûts sont dans la nature.


Vue de l'arrière, les grips pour les mains sont bien proportionnés. L'accu est un 8 éléments Ni-MH de 1700 mA. On voit sous la poignée le logement du quartz.


La qualité générale est très satisfaisante, le tout est fabriqué en plastique, mais la finition est plus que correcte. Les manches sont bien courts et permettent de piloter sans problème avec les pouces, mais rien ne vous empêche de les rallonger à votre convenance. La dureté des commandes est réglable par une petite vis dorée (que vous trouvez au niveau des manches à l’arrière), plus on visse plus c’est dur. La dureté du mouvement reste cependant très souple, plus que la moyenne, même avec les vis serrées à fond. Un beeper donne des informations sur la position des trims quand vous y touchez en changeant la fréquence du bip en fonction de la position du trim (comme sur la PCM10X par exemple). C’est très bien pensé car quand on règle les trims en vol, on se rend vite compte de la quantité de trims que l’on met “à l’oreille” sans avoir à regarder l’écran de la radio. Le beep du neutre est différent pour facilement l’identifier… une sorte d’audiomètre.
La prise en main est bonne et la masse de la radio (inférieure à 900 g) la rend sympathique en utilisation “champêtre” si vous volez dans des endroits exigus ou difficiles d’accès (comme les petites pentes du Finistère que j’affection particulièrement).
L’écran de contrôle affichera toutes les informations utiles : niveau de la batterie, position des trims, nom du modèle, type de mode. Cet écran est réglable en contraste et même si les pixels sont relativement gros, le niveau d’affichage est très bon (sans être au niveau d’une MX22 par exemple). L’intégralité de l’écran est composée de pixels donc les graphiques seront affichés, on ne se trouve pas comme sur une Eclypse 7 avec des parties d’écran réservées à un affichage de valeurs exclusivement alphanumérique.

Programmation
Côté programmation, l’écran de la MX-12 affiche les courbes 5 points pour les hélicoptères, les courbes d’expo ou toutes les informations nécessaires à la programmation de vos avions et cela sans avoir à changer sans cesse d’écran dans les menus de programmation.
Cette radio propose 2 familles de modèles : une famille “avion” et une famille “hélicoptère”. La famille “avion” s’occupera des avions et des planeurs. On comprend donc bien que les capacités de programmation en planeurs sont relativement limitées. Ceci est compréhensible d’ailleurs dans le choix d’une radio 6 voies où de facto les contrôles individuels des 2 servos par demi-aile de nos planeurs de perfo ne sont pas envisageables. En revanche, le menu “hélicoptère” est incroyablement bien fourni avec ses courbes 5 points, sa gestion de 3 types de CCPM et son Revo-Mix… Est-ce un phénomène de mode… je pense qu’il y a un peu de cela quand on voit depuis 2 années le boom commercial des hélicoptères et leur démocratisation…
Un superbe plus de cette radio est d’offrir une visualisation de la course des servos sur l’écran de l’émetteur. C’est une fonction que j’utilise beaucoup pour faire mes réglages de servos à l’atelier notamment lors du réglage d’un plateau CCPM 120° pour mes hélicos, mais aussi pour vérifier quel inter agit sur quel mixage. Souvenez-vous, avec la MX-12, on peut affecter comme on veut les inters alors il se peut qu’on oublie en changeant de modèle lequel fait quoi… Un coup d’œil sur le menu Travel (avant de brancher le modèle et d’allumer sa réception bien sûr) et on est rassuré ! Pour moi, le menu Travel est un organe de sécurité et est loin d’être un gadget !
Dans les programmes, on trouve les fonctions standard :
Inversions des 6 voies, dual-rate sur ailerons, profondeur, et direction seule, empennage en V, aile delta, flaperons, différentiel, réglages de fin de course (0 à 150%), sub-trim… dans les menus standard rien ne manque.
Je ne vais pas refaire la notice car on peut facilement la consulter sur Internet mais voici tout de même les possibilités de la machine avec quelques explications pour les néophytes.
- Choix du mode d’émission : choix entre PPM (analogique) ou SPCM (numérique). Attention le récepteur doit être en adéquation avec le mode d’émission.
- 10 mémoires disponibles.
- Menu de sélection pour la répartition et la position des inters pour dual-rate, voies supplémentaires, mixages, etc.
- Dual-rate 0 à 125 % (on peut programmer deux courses différentes pour les ailerons, profondeur et direction) et Expo - 100 % à + 100 %.
- Sub Trim : sur les 6 voies ± 125 sans toucher au trim. On peut déplacer le neutre du servo.
- Réglage des courses (Travel adjust) séparé gauche et droit de 0 à 150% pour les 6 voies.
- Inversion du sens de course des servos pour les 6 voies.
- Le fameux moniteur de course de servo (Travel). Affichage graphique des courses de servos permettant de voir comment ils vont bouger, le neutre, les débattements.
- Fail Safe : La programmation d’une position pré-définie pour tous les servos en cas de brouillage prolongé. Attention, ceci n’est possible qu’en SPCM mais pas en PPM car la modulation PPM ne permet pas de différentier un ordre “normal” et un brouillage (bruit, parasite).
- Throttle Cut : La position de l’arrêt du moteur est programmée ici pour couper les gaz d’un avion ou d’un hélico en cas de problème.
- Copie : il est possible de copier une mémoire sur une autre.
- 4 mixages libres en “avion” et 2 pour le mode “hélicoptère”. On peut asservir librement de -125 à +125% une voie par une autre.
Avis aux utilisateurs de récepteur 5 voies pour une utilisation dans un aéronef avec 1 servo par demi-aile. Il faut normalement connecter un servo à la voie 2 et l’autre à la voie 6 du récepteur. Sur un récepteur 5 voies, comme il n’y a pas de voie 6, il faut brancher un aileron à la voie 5 et faire un mixage libre à 100% de la voie 6 sur la 5. Comme cela, la voie 5 du récepteur reçoit le même ordre que celui envoyé sur la voie 6. Même principe pour les hélicos où le pitch se trouve sur la voie 6.


Le menu qui permet de choisir le mode Avion (PLANE) ou Hélicoptère (HELI). L’écran est parfaitement lisible.

On ne peut appliquer du différentiel aux ailerons que si le menu flaperon a été activé.

Exemple du menu Dual Rate et Exponentiel. Ici les ailerons ont 60% d'expo et 100% de Dual Rate.

Menu à l'allumage : ici on est en mode Hélicoptère, PPM sur la mémoire 1 et le modèle est nommé Terx-1. On note la vusualisation graphique de l'état de la batterie.


Le menu Hélico est complet. Ici, le plateau est configuré en CCPM 120°, mais on peut aussi choisir 90° ou 180°.

Exemple du menu Travel en utilisation CCPM avec les manches au neutre, sauf la profondeur à cabrer. Les servos 2 et 6 montent et le 3 descend.


Exemple de courbe de pas : pour 50% du manche, on à 75 % de pas.

Exemple de courbe de gaz où pour 50% du manche, on a 90% de gaz.

Le menu Travel où on peut voir que toutes les commandes sont bien au neutre, sauf l'inter de la voie 5 qui est à -100%.

Spécifique pour les Avions/Planeurs :
- Types d’aile : Flaperons (2 ailerons), élevons (Système Delta avec différentiel si désiré), empennages en V.
- Différentiel ailerons (attention uniquement en menu Flaperons activé).
- Mixages profondeur / volets, ailerons / direction.

Spécifique pour les hélicos :
- CCPM 90°, 120°, 180° avec réglage des débattements du plateau cyclique (appelé menu Swash Mixing).
- Courbes de Pas et de Gaz sur 5 points.
- Throttle Hold. La position du ralenti peut être optimisée pour l’autorotation.
- Revo Mix : mixages des gaz et du pas de l’anti-couple (pour ceux qui utilisent des gyros sans conservateur de cap).

Côté regrets
Je parlerai ici de petits regrets car il ne faut pas oublier qu’on est en présence d’une radio 6 voies à 100 € déjà on ne peut plus complète.
Tout d’abord un détail qui a son importance… Comme je pratique l’hélico électrique, j’aime bien avoir un chronomètre (Timer) qui se met en marche sur la voie de gaz avec un bip quand il faut se poser… pas de Timer sur la MX-12 ! Il y a juste un totalisateur de temps qui indique depuis combien de temps vous avez allumé la radio sur un modèle (le totalisateur se remet à 0 quand on change de modèle).
Côté quincaillerie, la première chose qui manque à mon goût est une voie proportionnelle sur la voie 5 ou 6. En effet, ceci est bien utile pour les volets ou les aérofreins. On peut se débrouiller pour réaliser une fonction à 4 positions avec 2 inters et un mixage libre mais cela reste compliqué.
Idéalement, un inter dédié au dual-rate de la direction serait appréciable, on peut toutefois faire cela en utilisant un des inters supérieurs.
Côté programmation, voici ce qu’on peut noter : Pas de menu Gyro où on peut programmer le gain que l’on souhaite donner au gyro à partir de l’émetteur. Encore une fois, cette fonction peut se faire au moyen d’un mixage libre donc rien de grave.
Il y a bien sûr d’autres choses que cette radio ne fait pas, mais je ne fais figurer dans ce chapitre que des “regrets”, à savoir des atouts que l’on peut trouver sur les radios concurrentes. Il serait en effet injuste de reprocher à la MX-12 de ne pas avoir de rotation virtuelle du plateau cyclique (pour faire de l’hélico quadripales par exemple) ou des fonctions avancées de flaps crocodiles pour les planeurs de compétition. La MX-12 est une 6 voies, il ne faut donc pas la comparer avec une 7 ou 8 voies.


Le pilotage se fait “pouces dessus” ou bien manches pincés entre pouces et index, à condition d’utiliser une sangle pour suspendre l’émetteur.

Conclusion
Une radio fort agréable donc, qui va ravir les débutants ou les personnes comme moi qui souhaitent un 2ème émetteur pour les vacances ou pour initier les débutants. A part les maigres regrets cités ci-dessus il n’y a pas de gros manques incontournables pour une 6 voies ce qui est très bien. J’espère que le tarif fort attractif de cette radio n’est pas qu’un prix de lancement et qu’il restera dans cette fourchette dans le futur car nous sommes bien en présence d’une radio avec un rapport qualité/prix idéal.

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page